Logo

Magazine de l’emploi dans la création, la communication, le marketing et le digital Cabinet de recrutement Elaee, qui sommes-nous ?

Rechercher

Le magazine de l’emploi dans la communication,
le marketing et le digital

Quelle est la valeur d’un diplôme que tout le monde a ?

A l’heure où près de 8 candidats sur 10 ont leur bac du 1er coup (chiffres 2017 de l’Education Nationale), la valeur visible du baccalauréat sur le marché de l’emploi baisse. C’est mécanique.
Si l’on considère que par la suite, la démocratisation des études produit elle aussi un nombre toujours plus élevé de diplômés, cette même valeur dévisse encore. C’est le principe du « ce qui est rare est cher » qui s’applique. De moins en moins rares, les diplômes sont donc de moins en moins côtés : le bac en est un parfait exemple.
Du coup, il est de plus en plus difficile de trouver un emploi, dans la mesure où, à diplôme équivalent, chaque poste à pourvoir donne lieu à une concurrence accrue.

Les demandes de diplômes des employeurs

En tant que recruteurs, Elaee entend chaque jour les requêtes des futurs employeurs. Nos clients exigent tel ou tel diplôme, c’est vrai : c’est une réalité du marché, légitime ou pas.
Plus le niveau d’études est haut, plus le nom de l’école est prestigieux, plus ils sont rassurés. Ce qui n’a absolument rien à voir avec l’usage qu’ils vont en faire. Comme pour l’anglais pour lequel un bon niveau (a minima) est toujours demandé, cela ne veut pas dire pour autant que le candidat recruté pourra pratiquer cette langue au quotidien.

Cela étant, notre rôle de recruteur est de faire changer les mentalités et de combattre les a priori à partir desquels les employeurs définissent les priorités du poste à pourvoir. Il va sans dire que, pour présenter des candidats sans le diplôme attendu, il faut avoir des arguments et il faut se battre. Ce que nous faisons chaque jour chez Elaee. On n’oublie pas qu’on a été nous aussi à un moment en recherche d’emploi et que les compétences ne sont pas les seuls gages de réussite sur la prise d’un poste.
« Ce candidat « joker » n’a pas le diplôme que vous demandez ? » Qu’à cela ne tienne : il sait montrer une personnalité intéressante, des expériences transférables, des compétences sociales, des valeurs humaines (les fameuses soft skills), une faculté d’adaptation, un esprit entrepreneurial, une dose d’innovation ou encore une bonne autonomie… Cochez la bonne case ! On a des arguments pour présenter ce dossier de candidature. Ces éléments comptent tout autant, sinon plus, que le seul parchemin.

Faut-il en déduire que le diplôme serait tombé dans une certaine banalité, qu’il ne serait donc plus indispensable ?

C’est en réalité tout le contraire.
Le diplôme, qu’il soit obtenu à l’issue d’une formation initiale ou encore d’un processus de formation continue, EST l’indispensable sésame pour entrer dans la vie active, puis y rester. C’est aussi le socle qui permet d’être mobile d’un secteur à l’autre, d’une entreprise à l’autre, d’un poste à l’autre.
Il est donc très clair que si sa « valeur visible » décroît, sa « valeur intrinsèque » ne baisse pas. En effet, cette valeur est nourrie par tout ce que l’obtention de ce diplôme sous-tend à propos de la volonté, de l’identité, de la culture d’un candidat. Et cela sera de plus en plus vrai dans la mesure où les métiers de demain seront ceux qui demandent déjà et demanderont  toujours plus de se former tout au long de sa vie professionnelle.

La bonne blague

Cela nous fait penser à Edika, grand penseur du XXe siècle, créateur de l’ubuesque « Concombre masqué ». Son personnage se retrouve face à un recruteur de l’armée qui lui demande :
« – Diplôme ? »,
Ce à quoi il lui répond :
« – Plôm ! ».

Article publié septembre 2012 – Mis à jour juillet 2017

3 commentaires
  1. par SAGNES

    Le mieux est d’avoir un diplôme supérieur sans le bac 😉 #grandeclasse #lediplomenefaitpastout

  2. par bouillet patrick

    Quand je pense qu’après 30 ans de carrière, des expériences patentes et des résultats mesurables, on me demande encore l’original de mon diplôme de bac (obtenu en 1983) et de l’ESSCA (1987)… à rire ou à pleurer, c’est selon.

  3. par Claire Romanet

    Pour les diplômes et les CV il est vrai que la méfiance est de mise. Cela dit, il y a des histoires de mytho suffisamment étonnantes pour ça : https://www.elaee.com/2015/09/15/24036-vous-etes-mytho-pas-grave-on-vous-aime

*
*

Twitter

Fiche métier : chargé de communication https://t.co/q50oYGj57A

La filière communication reconnue et signée par l'Etat https://t.co/SVqmbFIab0

Un guide pour créer un logo parfait https://t.co/zBLJoPlhgz

Facebook va diffuser des matchs de foot https://t.co/Vwj81yFoY3

Du lego collant pour créer encore plus https://t.co/DXDqitBOeN

Nous sommes heureux au travail https://t.co/I1OyeUSYrb

https://t.co/xQjmMNRyxk

https://t.co/8CFWrabVf6

Demain, avec quelle voiture  volerez-vous ?   https://t.co/thIjTIBRUA

La force du storytelling avec l'autruche qui vole https://t.co/Sa5dx5uF0D

Est-on mieux payé à New York, à Genève ou à Paris ? https://t.co/iTha1w21OF

L'audacieux building courbé de 1230 mètres pour New York https://t.co/t4R2nxF8Jd

Le digital evangelist n'est pas un débutant https://t.co/bCVOF8SYz9

https://t.co/1NS13eZaNo

Les internautes se souviennent rarement de la source d'une information https://t.co/eUlFMxgZEa via @libe

La transformation digitale ne peut pas être qu’une intention https://t.co/FhS6a9nwSy via @frenchweb

Comment booster son sens créatif ? https://t.co/ltohJmSm13

Communication : des intitulés de fonction brouillés https://t.co/o0LGMwz2DP

De l'intérêt d'aller travailler ailleurs https://t.co/mzEiV1u5fo

Pourquoi les cabinets de recrutement n'ont pas de jobs pour les jeunes diplômés ? https://t.co/JEWFLEkGyV

Recevez directement les offres d’emploi par mail Cliquez ici