Elaee
Chasseurs de têtes création, communication, digital et marketing

Salaires
et transparence : la fin du tabou ?

En France parler de salaire est tabou. Il est d’ailleurs mal vu de dire combien nous gagnons ou de demander à quelqu’un son salaire.

Salaireset transparence : la fin du tabou ?

Une spécificité culturelle ? Oui plutôt, car outre atlantique nos voisins américains évoquent le montant de leur salaire sans problème.
Pourquoi est-ce si problématique en France de parler de ce sujet ? Pourquoi ce sceau du secret marqué sur les rémunérations ?

L’origine du tabou

Tout d’abord un peu de culture. Historiquement la France est un pays majoritairement catholique, une religion qui donne une image négative de l’enrichissement personnel et prône la sobriété. Egalement, nous descendons d’une société paysanne dans laquelle l’argent était plutôt dissimulé sous un matelas qu’affiché en public. Enfin, nous sommes éventuellement marqués des écrits de Freud qui disait que parler d’argent (celui que nous avons ou celui que nous n’avons pas) c’est aussi mettre à nu nos frustrations, nos rêves etc.

Résultat ? D’après une étude menée par Harris Interactive pour Glassdoor en 2015, seuls 37% des salariés connaissent la rémunération de leurs collègues. Leurs sources ? Majoritairement officieuses puisque 16% sont des bruits de couloirs et “commérages”, 6% des informations confidentielles vues par accident…

Peut-on cependant expliquer ce tabou en invoquant l’héritage paysan en 2019 ?

D’autres critères entrent en compte, notamment la valeur de son travail.
Chacun connaît l’expression :
“tout travail mérite salaire”. Le travail est un contrat entre un employeur et son employé, celui-ci échange de l’argent contre les compétences et le temps de son employé. Difficile cependant de se départir de l’idée que ce que nous gagnons est égal à notre valeur réelle sur le marché. Accepter de parler d’argent suppose d’être prêt à se sentir comparé à autrui.

Un enjeu au coeur de la relation employeur/employé

Toutes les enquêtes d’opinion le montrent : le revenu est la première source de préoccupation en ce qui concerne l’emploi (Insee.fr). Pourtant on lit beaucoup de commentaires tels que : “Il n’y a pas que l’argent dans la vie !”.

La question du salaire s’efface au profit des discours sur l’environnement du travail, l’écoute et la bienveillance en entreprise. Petit à petit la question de l’argent est mise à distance au sein de l’entreprise. Un constat fâcheux car même si avoir un emploi qui a du sens, ainsi que prendre du plaisir dans son job, font partie des priorités des employés, ce ne sont pas ces critères qui vont leur permettre de subvenir à leurs besoins. Aimer son travail oui, mais la contrepartie pécuniaire du temps que nous donnons tous (en grande quantité) est obligatoire.

Un besoin urgent de transparence

Nous en parlions dans notre article sur les salaires des cadres : seul 1 cadre sur 10 estime être payé à sa juste valeur. Selon l’étude réalisée par Cadremploi en octobre 2018 : 51% des cadres ne s’estiment pas satisfaits de leur rémunération. De plus et cela montre encore une fois ce besoin de transparence : le processus d’évolution des salaires leur apparaît pour une grande majorité : opaque (53%), complexe (35%), voire injuste (31%) et long (21%), en particulier dans les grandes entreprises.
Enfin, l’argument central qui plaide en faveur du partage des rémunérations de chacun est qu’on ne peut pas négocier son propre salaire sans avoir d’information. In fine, on ne peut pas non plus rectifier l’écart des salaires hommes/femmes si on ne le constate pas.

Etat des lieux des salaires en 2019

2018 a été une belle année pour les cadres, notamment sur les secteurs du marketing, digital et communication. Le phénomène de digitalisation des entreprises accentue ce phénomène, les profils digitaux capables de maîtriser les outils numériques sont très demandés entraînant une hausse des rémunérations sur ces profils. Une tendance confirmée par le baromètre Expectra, qui annonce +2,7 %, sur les salaires du secteur du commerce et du marketing. D’ailleurs, c’est le métier de “chef de projet webmarketing” qui connaît la plus forte hausse de salaire (+ 9,5 % contre + 5,5 % en 2017).
Dans les agences les profils créatifs ainsi que les planneurs stratégiques ont de belles perspectives devant eux. Sur le secteur du e-commerce, les entreprises cherchent à construire ou étoffer leurs équipes data et acquisition pour des rémunérations intéressantes. Au sein des équipes commerciales digitales les métiers de Content manager ou de spécialistes Expérience clients se développent mais ceux-ci peuvent être assurés par des personnes ayant un profil marketing et communication et ne font pas l’objet d’une hausse particulière.
Nous avons vu en 2018 un intérêt prépondérant pour toutes les fonctions qui ont en charge les échanges avec le consommateur final : social media manager, experts acquisition, conversion, … et de nombreux postes de responsables digitaux surtout pour des entreprises oeuvrant dans le BtoB qui sont en train d’organiser le numérique en interne.
Autre paradigme important de ces derniers mois : la propension des annonceurs à créer en leur sein toutes les fonctions utiles à la communication : Elaee a largement participé à la mise en place ou à la croissance d’équipes formant des agences intégrées.

Toutes ces évolutions au sein de l’offre et de la demande entraînent des changements rapides des niveaux de rémunérations. Pourtant, il reste difficile pour un collaborateur, un employeur ou un RH, d’avoir une information carrée sur le type de salaire auquel prétendre car le panel des possibilités est large et dépend du type d’entreprise, localisation géographique, niveau d’expérience etc.

Des initiatives vers la fin du tabou français ?

Dans son étude annuelle sur les grandes tendances liées aux ressources humaines, l’institut néerlandais Top Employers met en avant le besoin croissant de transparence en matière de rémunération. Deux axes principaux se détachent :
Le premier est le fait d’instaurer une meilleure visibilité concernant les revenus et les mécanismes qui sous-tendent la rémunération d’un employé (explications plus ou moins détaillées sur le calcul du salaire). Le deuxième est la possibilité pour les équipes de négocier régulièrement les montants des salaires.

Avec la volonté des entreprises d’être au plus près des sollicitations de leurs salariés, le besoin de communiquer notamment via la marque employeur, quelques frémissements de changement commencent à poindre.

Des outils pour connaître son salaire

Difficile de savoir quels sont les vrais salaires dans la communication aujourd’hui, ni si votre salaire actuel correspond au marché. Heureusement, certaines initiatives sont prises pour parler d’argent et pour vous situer.
C’est la volonté de répondre à vos interrogations et pour instaurer plus de transparence sur les salaires que nous avons élaboré une grille de salaires pour les métiers de la communication, du digital, du marketing et plus largement pour tous les métiers liés à la création.
Nous avons lancé un générateur qui permet de connaître votre salaire sur le marché, en fonction de différents critères (poste, expérience, localisation etc.). Plus de 170 fonctions sont couvertes avec des chiffres obtenus par les retours marchés vécus par les consultants Elaee, qui ont été recoupés avec des études sur la rémunération récentes.

Côté start-up les choses évoluent également. En juillet dernier, Rodolphe Dutel le fondateur de remotive.io a lancé un appel collectif au partage des salaires. Concrètement il invitait les employés de start-up à compléter un tableau collaboratif incitant les salariés des startups à communiquer leur niveau de rémunération, sans dévoiler leur nom ni celui de leur entreprise. En revanche, ils doivent renseigner leur fonction, le nombre d’années d’expérience, leur genre, le nombre d’employés dans l’entreprise etc.

Alan, l’AssurTech française dont les valeurs en termes de rémunérations sont fondées sur la transparence, l’ouverture et la volonté de bien rémunérer les équipes a conçu une grille ouverte pour le salaire et l’equity, inspirée de certaines sociétés comme Buffer aux Etats-Unis. D’autres startups comme GitLab, Lucca, PayFit ou encore Ferpection rendent transparente et accessible aux collaborateurs la grille de salaire. Cette transparence peut instaurer un lien de confiance entre les employés et leur employeur.

En conclusion, parler librement de son salaire est affaire de tous

Il est important de savoir comment se positionner sur son propre marché, surtout si l’on est en recherche d’emploi. Si l’on estime que l’on mérite plus, c’est une première étape obligatoire, avant d’entamer une réflexion sur son avenir professionnel et préparer ses arguments.
En plus des fiches métiers Elaee, nous vous donnons donc accès maintenant à la grille de salaires faite pour vous : Parlons salaire : combien je vaux ?

 

Laisser un commentaire

  • Les fiches métiers Descriptif de mission, environnement de travail, perspectives d'évolution, salaire, avis de recruteur... Tout ce qu'il faut connaître sur les métiers de la création, de la communication, du marketing et du digital.

    DÉCOUVRIR LES FICHES MÉTIERS
  • Je dépose mon CV Pour me voir proposer des offres d'emploi qui correspondent à ce que j'ai envie de faire. Déposer

  • Je propose une offre Pour informer et échanger avec mes futurs collaborateurs Déposer

Offres

Magazine

Fiche métiers

more_vert