Logo

Magazine de l’emploi dans la création, la communication, le marketing et le digital Cabinet de recrutement Elaee, qui sommes-nous ?

Rechercher

Le magazine de l’emploi dans la communication,
le marketing et le digital

Conseil Candidat

Marché caché de l’emploi : le connaître et l’infiltrer

Parce que tout a sa part d’ombre, le marché de l’emploi cache une autre face : obscure, inaccessible, mystérieuse.
On estime à 70% le nombre de postes pourvus sans qu’aucune offre n’ait été publiée.
On vous dit ici comment y accéder.

Cette offre là, c’est moi à 100%

En tant que candidat(e) en construction de carrière, vous consacrez une partie de votre temps à postuler à divers postes afin de décrocher cet emploi de rêve qui vous permettra de passer vos vieux jours dans un manoir à l’abri du besoin. Pour cela, vous visitez régulièrement les portails d’annonces et vous avez créé des alertes pour repérer les offres susceptibles de vous intéresser. C’est bien.
Après quelques candidatures refusées, vous finissez par tomber sur l’offre idéale. Les conditions vous conviennent et vous répondez parfaitement au profil demandé. Vous décidez de proposer votre candidature et vous réussissez même à obtenir un entretien au cours duquel le recruteur vous a conforté dans votre initiative et vos espoirs.
shutterstock_309131933Alors, quelle déception lorsque l’entreprise finit par refuser votre candidature pour on ne sait quelle raison. Vous vous demandez à ce moment-là ce qui a bien pu tourner mal ou ce qu’il vous a manqué. Vous étiez tellement sûr(e) d’être la personne idéale répondant à tous les critères de l’offre. Et pourtant…

Le piège des offres d’emploi

Le poste a été offert à quelqu’un d’autre. Ah. Il faut savoir que, avant ou en même temps que des offres soient diffusées, l’entreprise a déjà initié des recherches, par exemple en interne, par cooptation via les salariés, par le réseau personnel du chargé de recrutement ou bien tout simplement en puisant dans les candidatures spontanées archivées.

Autres raisons pouvant expliquer le fait que vous n’ayez pas été retenu(e) alors que vous correspondez parfaitement au « brief » : le poste est annulé (par exemple lorsque le salarié laissant son poste a finalement renoncé à partir), repoussé (stratégie d’entreprise qui change, fusion, réorganisation…), que le N+1 a fait avancer le CV d’un candidat rencontré sur un salon. Ou parce qu’un salarié de l’entreprise a fait avancer le dossier du recruté qui s’est servi de linkedin ou viadeo pour prendre contact et se positionner avant vous.

shutterstock_343992734Autre point important à connaître : toutes les offres ne correspondent pas à des postes ouverts. Il n’est pas rare en effet de voir des offres destinées à rencontrer des salariés issus de la concurrence (histoire de savoir comment ça se passe ailleurs), ou bien pour alimenter une cvthèque ou encore pour faire croire au marché que l’entreprise se porte tellement bien qu’elle crée des postes ! Pas beau n’est-ce pas ?

Vous n’imaginiez pas que l’élimination de votre dossier avait pu être engendrée par l’une de ses raisons. Attention, ce n’est pas fini.

Les non-dits

Le marché de l’emploi peut être assimilé à notre société actuelle dans son mode de fonctionnement. Il existe la face visible du système qui fonctionne sur un modèle hiérarchique et opérationnel précis et clair.
Mais il existe aussi une autre face où les décisions sont prises au cœur du système, par des acteurs non répertoriés. Non répertoriés c’est à dire ?
shutterstock_259215545Ces acteurs ne sont pas forcément visibles, pour des raisons de confidentialité ou d’organisation, ils ne sont pas mis en avant. Pourtant ils sont les décisionnaires finaux, ceux avec qui vous aurez à travailler, ceux dont vous dépendrez directement : ce sont les managers opérationnels. Ces N+1 déterminent les véritables critères de sélection pour un poste et confient la campagne de recrutement à un cabinet ou à un service RH en interne.
Ces derniers se chargent ensuite de rédiger une annonce en veillant à choisir des mots clefs diplomatiques et en faisant très attention à éluder les critères « sensibles » ou « interdits par la loi » comme ceux portant sur le physique, le sexe, l’origine ou les croyances.
C’est la raison pour laquelle les offres d’emploi sont toutes rédigées un peu sur le même modèle (avec un chapitre entreprise, un autre pour les missions et enfin un dernier pour le profil), avec des mots galvaudés qui peuvent correspondre à chacun d’entre nous. Oui, nous sommes tous de formation supérieure, avec une grande maîtrise technique, de bonnes capacités managériales et une forte motivation. Prêts, tous autant que nous sommes, à travailler pour un acteur reconnu sur son marché, en forte croissance, et désirant vous confier des responsabilités.

Remarquez, vue du côté d’Elaee, cette uniformité d’expression a du bon car en la contournant, comme nous le faisons pour rédiger nos offres depuis 8 ans maintenant, non seulement nos offres sont repérées (on en profite pour vous remercier) mais elles sont même copiées. C’est vrai qu’on peut se permettre avec vous, communicants qui aimez le ton direct et la créativité… Vous avez plébiscité, par exemple, nos annonces de Pilote de soucoupe volante, de Directeur de clientèle digital gastronome et gourmand, ou de Père Noël

shutterstock_312214652Mais revenons à nos moutons, enfin à notre marché caché plus exactement. Maintenant que vous savez en quoi il consiste, voilà quelques trucs pour savoir comment l’appréhender et y répondre.

D’abord savoir que oui, la candidature spontanée, ça marche

Parmi les techniques qui peuvent vous aider à atteindre cette zone d’ombre et ses acteurs mystères, se trouve celle de la candidature spontanée. Mais faisons les choses dans l’ordre.
Avant d’envoyer un dossier, vous devez avant tout optimiser votre présence sur les réseaux sociaux. On commence (si ce n’est déjà fait) à ouvrir un compte sur Linkedin et Viadeo.
shutterstock_366278075Repérez ensuite les managers opérationnels des différentes entreprises qui pourraient vous intéresser ou qui travaillent dans votre domaine. Finalement, faites en sorte d’attirer leur attention en nouant des liens avec eux, en ayant bien en tête que ce sont eux qui, au final, choisissent ceux qui intégreront l’entreprise.
Par exemple, vous pouvez entrer en contact avec des salariés occupant le même poste que vous au sein des entreprises où travaille chaque manager opérationnel. Vous pourrez ainsi repérer le moindre changement de carrière de vos « rivaux ». Chaque fois qu’un de ces derniers changera de poste, cela voudra dire qu’il y a un emploi à pourvoir dans l’entreprise. Il ne vous restera plus alors qu’à approcher le manager pour proposer votre candidature.
Sur les réseaux sociaux, vous pouvez aussi bien sûr approcher les recruteurs et chasseurs de têtes.
Vous pouvez aussi, plus simplement, envoyer votre candidature spontanée mais étayée directement au N+1, qui sera toujours plus sensible à votre action, d’une part parce qu’il est moins sollicité qu’un chargé de recrutement, mais aussi parce qu’il appréciera tout simplement que vous vous adressiez à lui (rien de mieux qu’un peu de « positive ego »).

En résumé, pour infiltrer le marché caché

N’oubliez aucune possibilité pour contacter votre futur manager :
– créez-vous ou étoffez votre propre réseau : rien de mieux que la cooptation, le bouche-à-oreille, ou encore mieux la recommandation d’un tiers,
– soyez actifs sur les réseaux sociaux professionnels en identifiant et en créant des contacts,
– ne négligez pas les cvthèques, qu’elles soient sur le site corporate de l’entreprise cible, ou qu’il s’agisse de jobboards régulièrement consultés par les recruteurs (Apec, Pole emploi, Cadremploi, Monster, Elaee…),
ciblez correctement : notez que les entreprises de taille intermédiaire ou PME ont souvent de plus jolis postes et de meilleures perspectives d’évolution (elles sont aussi beaucoup moins sollicitées car tout le monde se concentre sur les marques connues).
– allez sur les salons professionnels pour prendre des renseignements et permettre aux opérationnels de mettre un visage sur un nom,
– suivez les conférences, posez des questions, allez serrer des mains,
– revoyez vos ex-collègues, vos ex-clients, vos ex-fournisseurs, tous ceux qui peuvent vous donner des infos et vous amener jusqu’à votre futur employeur,
– et envoyez des candidatures spontanées ciblées tout en ayant à l’esprit (bien que d’autres vous diront le contraire) : la qualité prévaut sur la quantité. Il vaut mieux envoyer moins de candidatures mais le faire de façon optimisée et professionnelle.

Les annonces représentent un marché ouvert adressé aujourd’hui par 80% des candidats.

On peut se poser la question dans ces termes alors. N’est-il pas plus malin de réfléchir et d’agir sur le marché caché (qui représente, on vous le rappelle, 70% des opportunités) face à 20% de concurrents ?

Copyright : Shutterstock

 

9 commentaires
  1. par Anaïs Genin

    Bel article, clair et efficace, sur le marché caché de l’emploi ! De quoi rebooster un bon nombre de candidats et surtout de remettre les choses dans leur contexte.
    Chez Monkey tie, on ne veut pas laisser qui que ce soit sur le banc de touche, et il est hors de question qu’en matière d’emploi, tout le monde ne soit pas sur un pied d’égalité. D’où la naissance de Captain Job (https://blog.monkey-tie.com/le-marche-cache-de-lemploi-by-monkey-tie/) 😉

  2. par Yves Goulnik

     » Il faut savoir que, avant ou en même temps que des offres soient diffusées, l’entreprise a déjà initié des recherches, par exemple en interne… » oui, parce que souvent la politique officielle (RH, groupe, voire règlementation locale) impose une diffusion externe, même lorsqu’un(e) candidat(e) interne a déjà été sélectionné.

  3. par Mathilde Mangin

    Belle note positive ! Comment mieux orienter ses recherches, merci !

  4. par Claire

    Article intéressant et très utile.

    Je m’interrogeais souvent sur la façon de contacter efficacement les décideurs d’une entreprise cible… au point de ne rien faire de peur de mal m’y prendre. Ainsi, je comprends mieux le fonctionnement et pourrais faire des candidatures plus efficaces.
    Et effectivement, il me semble plus intéressant de consacrer mon temps à ce fameux « marché caché ». J’aurai plus facilement l’opportunité de me démarquer et de choisir des entreprises qui me font rêver plutôt que de me noyer dans la masse de candidatures du « marché ouvert » dans lequel je trouve rarement mon bonheur en termes d’annonces et/ou d’entreprises.

    Merci pour ces éclairages !

  5. par Sébastien

    Un article très intéressant… et rassurant aussi finalement, surtout lorsque l’on est en recherche d’emploi. Tout est possible, y’a plus qu’à…

  6. par Combien de temps pou

    […] Pôle emploi donne chaque année un chiffre précis sur le temps qu’il faut pour retrouver un job. Fin 2015, les statistiques donnent non pas 4 ou 6 mois, mais près de 14 mois pour sortir du chômage, toutes catégories professionnelles confondues. Attention, ce n’est pas une raison pour prendre son temps, au contraire. Plus vite vous serez actif et efficace, plus vite vous retrouverez. Parce que plus il faut de temps pour faire les choses, plus le temps se réduit. Et Dieu sait que c’est compliqué de faire face à un marché du travail, explosé, mouvant et obscur. Il est utile en ce sens d’avoir des astuces pour connaître et infiltrer ce fameux marché caché. […]

  7. par guelpa bonaro karine

    Article très très intéressant et qui tombe à point ! Merci

  8. par Recruteur, ce métie

    […] entre les mains du manager opérationnel. D’ailleurs, nous vous en parlions dans le billet sur le marché caché de l’emploi. Le manager opérationnel est celui qu’il faut contacter pour espérer qu’une candidature […]

  9. par Candidat

    Ce marché étant caché on peut raconter n’importe quoi, comme le font nos hommes politiques.

    Les offres cachées sont rares et ne seront pas publiées car l’entreprise la poste d’abord en interne ( banque notamment). Et ce durant 3 mois. Si après 3 mois elle n’a pas été pourvue en mobilité interne alors un recrutement est ouvert sur l’extérieur. Ce qui dans la pratique arrive jamais quasiment.

    Chose importante pour voir si une offre d’emploi est bidon, lisez bien la rubrique recrutement de l’entreprise. S’il y a plus de stages que d’emplois, inutile de répondre, l’entreprise fait du fichier et revend vos coordonnées.

*
*

Twitter

7 conseils pour votre CV https://t.co/tCsslQPZvA

Avez-vous le bon mot de passe ? https://t.co/Pu28TlBFNx

Le travail salarié va-t'il disparaître ? https://t.co/LR17NBXxXY

Comment avoir plus d’autodiscipline ? https://t.co/2C7R4q9cCt

https://t.co/kcS4JWaeHR

https://t.co/DrkP8X8OZD

https://t.co/gGLCUZz4WS

Le consulting, mot à la mode, métier en devenir https://t.co/HYFnKEf8UO

Vous avez 30 secondes pour me convaincre ! https://t.co/Tw5eWX3ua6

Rien ne sert de courir il faut partir à point (ne plus être en retard) https://t.co/KaF8PP1uNW

Etre heureux au travail, ça se travaille https://t.co/4frDCHN7K3

Médias sociaux : donner du sens au moment - Influencia https://t.co/QIt7QMHFaz

https://t.co/1NS13eZaNo

https://t.co/6w1TMUsDJt

https://t.co/yHoVyHdg60

Offre #emploi : Marketing Manager pour l’OL https://t.co/pPagjIZcwR via @elaee

Offre #emploi : Chef de projet communication sympathique (92) https://t.co/VkJExwfOJL via @elaee

L'audacieux building courbé de 1230 mètres pour New York https://t.co/t4R2nxF8Jd

Fonctionner agile : un mode très à la mode https://t.co/VdKl1JdwyN

La bonne couleur pour la bonne conversion https://t.co/VXh6JrZkcs

Recevez directement les offres d’emploi par mail Cliquez ici