Logo

Magazine de l’emploi dans la création, la communication, le marketing et le digital Cabinet de recrutement Elaee, qui sommes-nous ?

Rechercher

Le magazine de l’emploi dans la communication,
le marketing et le digital

Engager ou recaler, c’est ça le métier du vilain recruteur ?
Trop facile…

Les idées reçues sur le métier de recruteur

On a tous rencontré un recruteur parce que cette fonction est au cœur du marché du travail. C’est par son intermédiaire que les postes sont pourvus au sein des entreprises. Pour autant, on ne sait pas toujours bien qui il est, et à quoi il sert.
Les candidats, qui se sentent dépendants face à lui, ont souvent du mal à comprendre quels sont leurs motifs pour décider (de la vie ou de la mort) de leur futur job.
Du coup, le recruteur souffre d’une mauvaise réputation, chaque jour plus forte en raison des récriminations nombreuses des candidats sur les réseaux sociaux, et du poids sans cesse croissant de la marque employeur.
Aigri, pas à l’écoute, chefaillon, jaloux (d’un diplôme, d’un âge, d’un potentiel…), avec peu de perspectives d’évolution, les clichés sur le recruteur sont nombreux.
Les candidats pensent d’ailleurs que son travail ne requiert aucune compétence spécifique. En d’autres termes, ils croient que n’importe qui peut le faire.
Vraiment ?

Le recrutement n’est qu’une partie de l’iceberg

Les candidats prompts à critiquer les recruteurs ne voient souvent que les deux étapes du processus de recrutement qu’ils connaissent, à savoir le tri de CV et l’entretien. Or, c’est ignorer d’autres missions assumées par le recruteur, notamment tout le travail en amont qui consiste à définir les missions du poste à pourvoir, le profil du candidat (ce sont 2 choses différentes), et ensuite la campagne de recrutement, qu’elle soit en interne ou en externe. Cette préparation peut nécessiter jusqu’à plusieurs semaines et mobiliser plusieurs personnes aux ressources humaines ainsi que des opérationnels.
Le recruteur a ensuite à effectuer une partie « sourcing » qui va de la recherche de CV (en viviers, par réseau, sur internet…) à l’animation de manifestations tels que salons de l’emploi, rencontres écoles ou job dating. Le recruteur fait aussi beaucoup de rédaction : les fiches de postes, les comptes rendus d’entretien, les contrats de travail… dans le respect de la politique RH décidée par l’entreprise.

Notez que, souvent, le recruteur a aussi des fonctions RH comme le juridique (contrat de travail), le social (paie, administratif, …), la gestion des compétences, la formation, la communication interne, etc.
Notez aussi qu’on fait une grande différence entre un recruteur, dont la mission consiste à passer des offres ou chercher des candidatures en viviers, et le chasseur de têtes qui lui doit réaliser un travail d’identification de candidats (les « cibles »), un scénario pour obtenir leurs coordonnées (c’est là le métier « d’agent secret » qui plaît beaucoup) et la prise de contact.

Au-delà de l’expertise métiers

Etre un bon recruteur nécessite de savoir évaluer un dossier de candidature, l’expérience d’un candidat, savoir poser les bonnes questions (au bon moment et de la bonne façon), éviter certains biais cognitifs et mettre à profit toutes les compétences de communication verbale et non-verbale.

Il lui faut aussi connaître le plus possible le quotidien du poste, son environnement, ses codes… Etre expert quoi. Et c’est là que cela se complique car un recruteur, sauf s’il est spécialisé, ne peut décemment pas connaître dans le détail toutes les fonctions de l’entreprise, de l’ouvrier spécialisé au cadre dirigeant, des fonctions supports (compta, gestion, marketing, RH, etc.) aux fonctions techniques (production industrielle, R&D, achats, etc.).

Par contre, il sait très bien convertir une fonction par rapport à des pré-requis. Exemple : si un bon commerçant doit maîtriser les techniques de vente, le recruteur sait que pour occuper ce poste, il faut avoir une bonne aisance relationnelle, des qualités d’écoute et d’empathie et une certaine curiosité.

La règle qui tue, celle des 30 secondes

Visage renfrogné du candidat ou du recruteur ?La règle des 30 secondes voudrait qu’un recruteur prenne sa décision sur l’issue de l’entretien dans les 30 premières secondes. C’est la raison pour laquelle on vous encourage à bien préparer votre Elevator Pitch.
Ce réflexe humain est un biais cognitif baptisé effet de halo : il nous pousse à nous faire une idée sur un jugement hâtif en nous reposant sur nos propres expériences. C’est le risque de « la première impression », qui place en priorité l’intuition plutôt que la rationnalité. On connaît d’ailleurs bien les attitudes qui peuvent nuire.
Tous les recruteurs connaissent ce travers et savent que ne pas se laisser parasiter par ses propres préjugés est la clef du succès. Le recruteur se doit de faire abstraction de ces premières impressions et ses aprioris pour évaluer de manière objective chaque candidat.

Le recruteur, seul maître à bord

Ce dernier cliché voudrait que le recruteur qui s’occupe du tri des CV et des entretiens soit l’unique décideur. Pourtant, dans la très grande majorité des cas, ce recruteur ne joue qu’un rôle secondaire. Il ne prend au final aucune décision. Le véritable pouvoir est entre les mains du manager opérationnel.
D’ailleurs, nous vous en parlions dans le billet sur le marché caché de l’emploi. Le manager opérationnel est celui qu’il faut contacter pour espérer qu’une candidature spontanée aboutisse puisqu’il est celui qui tire les ficelles et qui opère le choix final.
le marché caché de l'emploi

En conclusion, le recruteur un homme ou une femme comme les autres ?

Si la situation de candidat en recherche d’emploi est toujours difficile à vivre (on le comprend très bien, on a nous aussi été candidats à un moment donné), on ne saurait trop vous recommander de garder la tête froide et de tenir compte du fait que le recruteur face à vous a, lui aussi, des contraintes.
Il ne faut pas oublier que l’objectif peut être commun. Quand un candidat est heureux, le recruteur est heureux.

Copyright : Shutterstock

2 commentaires
  1. par B VATIN FEVRIER

    Bonsoir,
    Le fond de l’article est très clair et instructif, dommage que quelques fautes d’orthographe s’y soient glissées.
    Cordialement
    ex : (au) fonctions techniques

  2. par Claire Romanet

    Merci pour votre commentaire et votre oeil de lynx @BVatinFevrier

*
*

Twitter

https://t.co/EU7Cv7v31c

https://t.co/UqnPGKrK9n

B. Bizette, Cache-Cache : "Nos investissements médias sont quasi-exclusivement en digital" https://t.co/CDBKDxULs0

Offre #emploi : Directeur Agence événementielle H/F / Lyon https://t.co/YsUOSxN1Ck via @elaee

Offre #emploi : Chef de projet communication 360° (IDF) https://t.co/m1eh3KbhF5 via @elaee

Offre #emploi : Chargé.e de clientèle / Marque / e-commerce / Paris https://t.co/SwZRVljHGP via @elaee

Entre salaire à vie et capitalisme : le travail partagé https://t.co/VPGTIxyJkU

Droit à la déconnexion : un sujet à faces multiples https://t.co/1agLNWP0fa

Le dur métier de recruteur : anecdotes https://t.co/joRNvLwFjr

Les 5 points à ne pas manquer pour préparer votre entretien d'embauche https://t.co/1e0hElbJQ9

Facebook nous fait écrire par la pensée https://t.co/vqIwssexva

Veille : les news du #recrutement et quelques surprises ! https://t.co/FLVHOjeUnx

Top 10 des plus jolis avantages sociaux https://t.co/p7RCi48czW

Le recruteur est heureux quand le candidat est heureux https://t.co/qKpBEhYgGw

Et vous, savez-vous dire non ? https://t.co/sRu730dotp

Comment avoir plus d’autodiscipline ? https://t.co/2C7R4pRBdT

https://t.co/tw0zcZoNfB

https://t.co/BD8jvazH7P

https://t.co/bc3tITksKh

RT @INfluencialemag: Le toit du nouvel Apple Store de Chicago, tout en mesure et subtilité https://t.co/EPWrQZxLrs

Recevez directement les offres d’emploi par mail Cliquez ici